Histoire du musée

Gand et la première révolution industrielle

Depuis le Moyen Âge déjà, Gand est un centre d'artisanat majeur et une importante ville préindustrielle. C'est ici qu'a démarré, à la fin du XVIIIe siècle, la première révolution industrielle sur le continent européen.

Préserver la culture industrielle

De nombreux vestiges de la première et de la seconde révolution industrielle ont été réduits en ferraille ou démolis à partir des années 1970. La Ville de Gand s'est toutefois efforcée de préserver nombre de machines et d'objets. C'est à cette même époque qu'est apparue l'idée d'un musée hébergeant les symboles de la culture industrielle.

À la recherche d'un lieu

À ses débuts, l'administration du MIAT était installée dans les Archives municipales de l'Abrahamstraat. Le musée a ensuite déménagé vers la Gewad, une rue proche du Château des Comtes. En 1985 le MIAT a obtenu l'ancienne filature de coton Desmet-Guequier en tant que dépôt ; en 1989 la Ville de Gand a estimé que ce bâtiment industriel serait également un cadre idéal pour le musée du MIAT.

Le musée au Minnemeers

Au printemps 1991 le MIAT a pris ses quartiers dans l'ancienne filature de coton au Minnemeers, en même temps que la bibliothèque du musée, déjà très fournie à l'époque. À côté des expositions temporaires, le musée se concentrait également sur la mise en place d'une exposition permanente.

La société industrielle et l'histoire du textile

Le MIAT propose sur plus de 1800 m² un panorama historique de la société industrielle.

Remontez 250 ans dans le temps. Dans l'exposition « Notre passé industriel », explorez le récit de la première révolution industrielle et de l'apparition des machines. Pour connaître l'impact des révolutions industrielles sur l'habitat, l'emploi et la vie quotidienne, visitez l'exposition « Le Travail dans le monde ».

L'exposition « C'est coton ! » s'intéresse à la production industrielle, entre autres en retraçant le processus de production du coton depuis le cotonnier jusqu'au produit fini. Des bénévoles font tourner les machines ; c'est impressionnant, mais le vacarme est assourdissant ! Le jardin du musée, où sont cultivées des plantes tinctoriales, complète le département textile. Ces plantes sont utilisées lors des ateliers de teinture végétale organisés par le musée.